Quand arriver au Québec ?

La meilleure date d’arrivée au Québec est sans doute n’importe laquelle, sauf l’hiver !

Imaginez-vous chercher un appartement et le meubler sous le déluge. Les allers et retours entre les magasins et votre appartement risquent d’être périlleux. C’est certainement très drôle le premier jour, mais il serait sage de ménager vos nerfs pour la suite des événements qui vous attendent. Vous arrivez avec l’esprit positif, alors préservez-le.

Il faut savoir que la majorité des Montréalais déménagent le 1er juillet, le jour de la fête du Canada, donc férié. Les baux commencent le 1er juillet et la durée est de 1 an, principalement. Ce qui veut dire que beaucoup d’appartements ne sont disponibles qu’à partir du 1er juillet. Les propriétaires commencent à chercher de nouveaux locataires à partir du mois d’avril.

Alors plusieurs choix s’offrent à vous…
-Vous arrivez au mois d’avril, vous avez beaucoup de choix mais il faudra certainement patienter jusqu’au 1er juillet ! Ce qui vous coûtera cher en hôtel, B&B, ou autres.
-Vous arrivez au mois de juin, vous économiserez en hôtel, mais par contre vous aurez moins de choix et il ne restera certainement que les plus chers et pas forcément les mieux !

C’est vrai, on ne vous apporte pas de solutions, mais vous êtes au courant maintenant !

Si vous pensiez venir avant, repérer les lieux et réserver une location, nous pensons que le propriétaire ne vous fera pas forcément confiance. Mettez-vous à leur place ! A moins de leur verser des arrhes… mais sachez qu’ici, la caution est interdite. Vous payez votre loyer en début de mois et c’est tout.

Si vous n’avez pas de meubles ou s’ils attendent tranquillement  au Québec chez un garde-meubles, vous avez la possibilité de vous installer dans un meublé, payable à la semaine, à la quinzaine ou au mois. Cette solution peut être intéressante, d’autant plus que vous pourrez ainsi déménager rapidement vers votre lieu de travail quand vous en aurez trouvé un ! Nous n’avons pas testé cette solution…

Quelle ville choisir ?

Deux grandes villes, Montréal et Québec, sont le cœur du système québécois. Si vous arrivez sans travail, ce qui représente la majorité des immigrants, il est conseillé d’arriver dans ces grandes agglomérations. Le grand Montréal représente la moitié des emplois du Québec.

Il est préférable tout de même de se jeter là où il y a plus de chance qu’il y ait quelqu’un pour vous rattraper !

Certains secteurs, dits de pointes, ne vous poseront pas de problèmes. D’ailleurs, à chaque coin de rue on vous le répétera : « Ah vous êtes dans l’informatique, vous n’aurez pas de problèmes pour trouver un job ».

Attention, il y a des choses qu’il vaut mieux laisser dans votre pays, en cadeaux à Belle-Maman ou à des amis :

- les lampes : vous aurez énormément de mal à trouver des adaptateurs pour les douilles et des ampoules européennes…
- le fer à repasser : vous serez obligés d’acheter sur place un gigantesque transformateur, bien plus gros et bien plus coûteux que le fer ! D’une manière générale, laissez tout ce qui est supérieur à 500 voire même plutôt 250 Watts. Il existe des transformateurs jusqu’à des puissances de l’ordre de 500 Watts mais ils vous coûteront relativement chers et le fait d’avoir des convertisseurs dans tout l’appartement n’est pas forcément l’idéal.
- tout le gros électroménager: En revanche, vous pouvez emmener votre système de son (juste besoin d’un transformateur 220v/110v à acheter sur St Laurent, niveau Métro St Laurent) ; votre ordinateur, s’il est doté d’un interrupteur 110v-220v.

Où dormir en attendant la location ?

Vous avez des amis ? eh bien, s’ils vous offrent l’opportunité de dormir chez eux, foncez ! Ils vous aideront non pas à vous intégrer mais à vous simplifier les démarches telles que les déplacements, le téléphone, la situation géographique des endroits où vous devrez aller, etc.

Sinon ? sous les ponts…? c’est une joke ! (ah une expression québécoise, ça nous a échappé).

Les hôtels ? Bof ! Vous vous retrouvez seul avec votre conscience, le lit et la télé et les grincements du lit du voisin.

Les B&B (Bed and breakfast) ? Ah ça c’est pas mal. Vous avez la joie de rencontrer au petit déjeuner, au moins les propriétaires, et des touristes. C’est plus sympa et généralement les petits déjeuners sont superbes. Le coût est d’environ 50 à 70 $ par nuit et par couple.
La bonne référence des gîtes au Québec est « Gîtes du passant au Québec » des éditions Ulysse.

Comment faire venir son argent au Québec ?

Vous avez certainement avec vous un petit capital afin de survivre aux premiers jours sans travail. Il est bien important de réfléchir sur les systèmes de transaction. Il en existe quatre principaux (traveller’s, espèces, virement bancaire, chèque de banque). Le plus important est de comparer, mais quelque fois il est impossible de le faire car la banque ne vous annonce pas le taux !
Prenons-les un à un…

Les Traveller’s cheques : ne faites pas cette erreur. Vous payez des commissions et une assurance.

Les espèces : un peu dangereux tout de même. Par contre n’hésitez pas à en amener un peu. Les meilleurs taux ne seront pas à votre banque mais à un bureau de change (pour les Parisiens, une bonne adresse sur les champs Élysées dans la Galerie Claridge).

Le virement bancaire : certainement une des meilleures solutions. Vous ouvrez un compte au Québec, et demandez à votre banque  d’effectuer un virement. Le délai est généralement de 48-72 heures et les commissions ne sont pas trop exagérées. Il vous en coûtera environ 50 CAD de commission de change et 70 CAD de frais de transactions au niveau de la banque émettrice auxquels peuvent se rajouter 20 à 30 CAD de retenues de l’institution financière réceptrice. Afin d’accélérer les transactions et de réduire les frais il peut être judicieux de faire les virements entre des établissements partenaires.

Le chèque de banque : si vous apportez un chèque de banque, il vous faudra attendre un mois avant de pouvoir y toucher ! Les taux sont plus intéressants au Québec mais il faut être patient.

Pour les personnes déjà installées et désirant déménager à l’intérieur du Canada (déménagements longue-distance), nous déconseillons, par expérience, 2 déménageurs pourtant bien connus et sachant très bien vendre leurs services mais ressemblant plutôt à des amateurs débutants dans l’exécution de leurs tâches … Alors si vous ne voulez pas voir votre laveuse descendre les escaliers toute seule avec une indemnisation vous permettant seulement d’acheter votre paquet de mouchoirs, ne frappez pas à la porte d’AMJ Campbell ou ATLAS Van Lines ! …